L’empreinte de naissance, psychologie des mémoires fondatrices de notre naissance – Jean-Philippe Brébion

14 septembre 2016

Titre : L'empreinte de naissance, psychologie des mémoires fondatrices de notre naissance. Auteur : Jean-Philippe Brébion

« Lire les évènements de notre vie, nos maladies, notre histoire, les interpréter et comprendre comment la vie prend sens en nous à travers une empreinte unique et personnelle » résume la démarche de l’auteur par son approche de la biologie. Face aux problèmes de santé rencontrés par mon 3ème enfant dés sa naissance, ce livre a été une porte ouverte sur un autre chemin de guérison qui m’a semblé plus juste d’empreinter.

Dans ce livre

Sans s’arrêter sur l’histoire de l’évolution, relevons simplement notre appartenance au monde minéral, végétal et animal. De ceci, notre cerveau a conservé des instincts, des réflexes, des fonctionnements ayant pour objectif d’assurer la survie de l’espèce humaine. Trois paramètres sont nécessaires à notre vie comme à celle des animaux : le territoire, l’alimentation et la descendance.

Autrefois, si je n’avais pas de terrain de chasse, je ne pouvais pas m’alimenter et encore moins nourrir ma possible descendance. Aujourd’hui, ces notions peuvent être élargies.

Par territoire, Jean-Philippe Brébion, entend espace physique mais aussi la manière de nous en occuper, de se situer dans les relations, dans les espaces d’évolutions.

L’alimentation fait référence à la nourriture ainsi qu’aux enseignements, rencontres, gestion des évènements et des relations.

Quant à la descendance, elle fait écho à tout ce qui émerge de nous, ce que nous avons à transmettre au service de la Vie.

Concrètement, quand un de ces points fondateurs est soumis à un stress qui le met en danger, le cerveau réagit immédiatement au conflit en sollicitant l’organe concerné. C’est la maladie.

Le fonctionnement de notre cerveau biologique a pour conséquence « d’interpréter chaque événement sans faire de différence, au niveau de notre inconscient cellulaire, entre le réel, le virtuel, le symbolique et l’imaginaire et toutes nos maladies proviennent de ces interprétations lorsqu’elles sont reliées à une perte en terme de territoire, d’alimentation ou de descendance » et ce, « tant que nous n’en prenons pas conscience ».

Les 27 mois d’imprégnation

Jean-Philippe Brébion définit l’Empreinte par « l’imprégnation cellulaire de la naissance » sur les trois niveaux liés au territoire (environnement), à l’alimentation (conflits) et à la descendance (projet).

« l’inconscient cellulaire de l’enfant est en résonance totale avec le vécu et le ressenti de son père et de sa mère » sur une période de 27 mois. Quatre dates la jalonne :

  • 9 mois avant la conception
  • conception
  • naissance
  • 9 mois après la naissance ;

9 mois correspondant à la spécificité mémorielle de nos cellules humaines. « A partir du 9ème mois qui suit la naissance, nous ne chargeons plus de programmes : le vécu direct de l’enfant est alors facteur déclenchant du programme chargé pendant les 27 mois. » puisque c’est à cet âge que l’enfant crée ses propres anticorps qui ne sont donc plus ceux de sa mère.

Ces 4 dates marquent 3 phases où « l’acquis des parents devient l’inné de l’enfant ».

Dans la première, de -9 mois à la conception, c’est la phase Projet où l’énergie du père est la plus présente. L’identité biologique s’enracine autour de la question de la tonalité initiale (désir, élan, aspirations, besoins).

La deuxième phase, grossesse et accouchement, est celle de la Réalisation et l’imprégnation est particulièrement importante tant l’enfant est en vibration avec ses deux parents.

La troisième phase, de la naissance à 9 mois, est celle de la Concrétisation qui permettra à l’enfant d’accéder à l’autonomie à partir notamment de ses conditions d’accueil et de naissance.

Le cerveau biologique retient que pour avoir la garantie de survivre, ce cycle de 27 mois est la référence. Il cherche donc à y revenir cycliquement tout au long de notre vie tant que nous n’en avons pas conscience. Mettre en lumière les différentes tonalités qui marquent cette période peut nous aider à mieux comprendre les émotions qui nous habitent et nous en dégager puisque «  ces programmes imprégnés dans l’empreinte génèrent des mécanismes qui deviennent notre lecture personnelle de la vie et des événements ».

«  tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime »

Partant du principe que mieux on a intégrer son histoire, mieux on se porte, les évènements ne sont pas bons ou mauvais et ne provoqueront pas une vie heureuse ou malheureuse. Mettre à jour ce qui est à l’origine de nos problématiques permet la mise en conscience de notre programme et nous rend ainsi libre de choisir comment le vivre.

Pour Jean-Philippe Brébion, « nous avons tous la possibilité de modifier l’interprétation de ces programmes, qui nous incitent à revivre continuellement les évènements de notre vie à travers l’imprégnation psychologique de nos parents, pour en utiliser les potentiels énergétiques en les mettant au service de notre créativité ».

Un livre à lire, absolument.

UNvitation: à quels changements ai-je été invitée à la lecture de ce livre?

A la naissance de mon troisième enfant, il a fallu réagir-traiter-réduire ses symptômes. Vite. Pour qu’il vive, qu’il vive en se sentant mieux dans son corps. Passé l’urgence, il y a eu les questions « mais pourquoi est ce que ça lui arrive? pourquoi lui? pourquoi nous? »

Les premiers éléments de réponse type « il n’y a pas d’antécédent dans la famille », « c’est le hasard » ne m’ont pas satisfaits. Cela n’avait pas de sens! Donner du sens à cette épreuve… j’ai foncé: c’est là qu’il me fallait chercher. Accompagnée par Myriam Brousse (auteure de Votre corps a une mémoire), l’éclairage de Jean-Philippe Brébion sur l’imprégnation au moment de la conception et de la grossesse de mon enfant m’a donné des pistes que j’ai pu verbaliser et mettre en conscience pour mon petit garçon.

Oui, les conditions de la gestation, les évènements et les émotions fortes ont un impact sur le développement du foetus ainsi que je le développe dans mon post sur Votre corps a une mémoire.

Mon fils, est né, entre autre, avec une paralysie obstétricale du plexus brachiale. Quel ensemble de mots effrayant! Concrètement, son bras droit ne fonctionnait pas, pendouillait donc sans mobilité ni de son bras, ni de son coude, ni de sa main. En plus, il en souffrait et pleurait, surtout pendant l’allaitement. En relisant l’histoire de sa gestation, je me suis souvenue d’un violent séisme au 5ème mois de grossesse. Séisme nocturne, long de 42 secondes et violent (5,9 si je me souviens bien). J’étais seule, mon mari à l’étranger, mes deux ainés encore bien petits hurlants chacun dans leur lit. Lequel aller chercher en premier? Que celui qui sait répondre à un tel dilemme se manifeste (lequel je sauve?). Rassembler mes petits dans la pièce sécure de la maison, ouvrir la porte d’entrée, allumer la radio et se terrer pendant les deux heures d’alerte aux répliques. Je me suis déconnectée de mon ventre, de mon bébé tout à l’urgence de garder en vie mes enfants nés.

En mettant en lien cet évènement et le processus biologique de formation du foetus, je lis que c’est au 5ème mois que les articulations sont fonctionnelles et les muscles tonifiés. Déconnecté du bébé, qu’a-t-il enregistré de cet évènement? Que j’étais morte? Que la vie s’arrêtait pour lui aussi? Je n’en sais rien. Mettre des mots sur ce moment difficile de la grossesse ne l’a pas aidé à guérir, non. En dehors d’une surveillance neurologique, rien n’a été entrepris et en 3 semaines, mon fils a retrouvé sa mobilité: le corps a une puissance de guérison incroyable. Par contre, pour moi (et peut être pour lui, il le dira quand il sera plus grand), cela a été très apaisant de mettre du sens sur sa blessure. Cela a aussi fait cesser la culpabilité « peut être que c’est moi, qui, en accouchant, l’ai blessé? » puisque j’avais souhaité accouché hors des normes de la médecine conventionnelle, avais-je fait une erreur?

En savoir plus

Jean-Philippe Brébion est auteur, conférencier et concepteur de la Bioanalogie http://bioanalogie.com/

Certaines de ses chroniques sont publiées sans la revue Néosanté, http://www.neosante.eu/, revue mensuelle de santé globale principalement axée sur le décodage des maladies.

UNdicateurs

Titre : L’empreinte de naissance, psychologie des mémoires fondatrices de notre naissance.

Auteur : Jean-Philippe Brébion,

Editeur : Collection Ressources et santé, Editions Quintessence.

Date de parution : 2004

Notes extraites de l’article paru dans Grandir Autrement Hors série 2015

Et vous, quelles informations avez vous de vos conditions de naissance, de la conception à la naissance? Qu’en est-il pour celles de vos enfants? Faites-vous des liens avec les grands évènements de votre vie? Pensez vous que ces éléments peuvent éclairer vos souffrances, vos difficultés, vos épreuves? Racontez moi en commentaire!

Guillemette, mère, femme, naturopathe, épouse, chercheuse dans le domaine médical et l’éducation, consultante en santé et parentalité, rédactrice pour Grandir Autrement. Je vous partage ici les lectures qui, en me guidant vers moi-même, me permettent de mieux guider mes enfants. Par le corps et ses mémoires, je vous invite à entrer en contact avec vous-même comme préalable à une éducation consciente, bienveillante et positive.

Enrouler

  • 9/10
    Facilité de lecture
  • 10/10
    Praticité de l'outil
  • 7/10
    Potentiel de partage

Pros

Cons

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.